"Désirant et sidérant, si possible..." dit-elle.


"Désirant et sidérant, ...si possible !" dit-elle.

mercredi 18 mai 2016

Marche en crabe



 On se sent incapable de remonter l'horloge.
On met un pied devant l'autre,
une marche en crabe
sur des chemins dessinés de travers,
on jurerait qu'ils penchent. 
Dans le blanc des marges blanches,
le vide d'un puits qui n'existe pas.
Un cordon de nuages clairs passe
sur les jambes, sur les mains,
les gestes d'hier soudain collés à ceux d'ici,
absorbés par le corps,
comme dissous
dans l'angle mort de la conscience. 


8 commentaires:

  1. comme tu décris bien ces insaisissables moments d'absence qui parfois nous habitent ...
    amitié .

    RépondreSupprimer
  2. "Tant et tant de choses ont défilé devant nos yeux
    Que nos yeux mêmes ont fini par ne rien voir, sinon plus loin,
    Et en arrière la mémoire, comme une toile blanche, une nuit,
    Dans un enclos, où nous vîmes d'étranges images, plus étranges que toi,
    Surgir et s'effacer dans le feuillage immobile d'un poivrier ;"
    ...
    Mythologie XXII Séféris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça a des airs de similitude dans l'idée, oui.

      Supprimer
  3. "l'angle mort de la conscience" comme obsession infinie, chère Brigitte...

    RépondreSupprimer
  4. Il faudrait abattre les angles morts, dépoussiérer les recoins de la mémoire et vivre dans la rondeur du jour, du soleil. Aujourd'hui, dans l'instant.
    Baisers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr, et quand même c'est, ça n'empêche le constat de ce qui traîne, se trame, derrière son dos, parfois.

      Supprimer