"Désirant et sidérant, si possible..." dit-elle.


"Désirant et sidérant, ...si possible !" dit-elle.

samedi 1 août 2015

Transfert




La rue ce soir parait plus longue 
les nuages crèvent 
dans une vapeur de bruit 
d'invisibles fourmis courent dans la paume de mes mains
je regarde le ciel un bon moment


les heures glissent dans un paradoxe 
inquiétante étrangeté d'un fil 
où s'accrochent  des mots tout froissés/ défroissés  
le shore break de l'angoisse 
brisée sur ton épaule
 
je te raconte la laine des moutons déshabillés
minuit passé
la chair retenue
et son tumulte
entre la chemise et la peau
éclats de verre
tombés des yeux tombés du ventre
tombés
 

à toi
je te donne mille fois 
la nacre dénichée d'un coquillage
 


  





 



8 commentaires:

  1. Les trésors et les mystères ne sont pas toujours là où on les cherche, ni là où on aimerait les trouver.
    [Belle, la projection en décalcomanie sur les pores du mur.]

    RépondreSupprimer
  2. Cette lune bleue du 1er août éclairera ma journée du 12.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De beaux jours à toi, Dominique, jusqu'à bientôt.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci Jean-Jacques !
      Belle journée à toi.

      Supprimer