"Désirant et sidérant, si possible..." dit-elle.


"Désirant et sidérant, ...si possible !" dit-elle.

lundi 28 décembre 2015

Dans l'ombre du jour



 








Dehors/dedans
des mots de fonte
de crin 
et des constellations 

mes yeux collent au miroir
pour voir 
en face à main
le jour qui lève

moment après moment

un visage penche dans l'abîme
chair contre chair
c'est un puits qui brûle
une espèce de charabia 
des corps bouge le monde
les voix ont des pâleurs
ensablées  
je te regarde
agripper une vérité
dans l'ombre
sous nos paupières entrebaillées
comme des jupes
et
les lignes à la fenêtre
croisent les doigts
quand la pluie
de l’autre côté du mur
caresse la vitre
et respire
émouvante


.











4 commentaires:

  1. tel est le monde que m'offrent désormais mes yeux, fort heureusement dès le lever ils chaussent leurs lentilles et tout reprend forme ... merci la technologie !
    amitié .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les corps bougent voluptueusement...
      Amitiés

      Supprimer
  2. gare: quand on penche en l'abîme, l'abîme aussi, penche en soi (confer: Friedrich)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ! Nietzsche ! je suis aussi et surtout pour faire danser les étoiles, savez-vous ! Je ne dis que cela, je crois bien.

      Supprimer